Mariage de l'Imam Ali (a) et Fatima (s)

De Wiki Shia
Aller à : navigation, rechercher

Mariage de l'Imam Ali (a) et Fatima (s) (en arabe : زواج الإمام علي من فاطمة الزهراء) est un des événements de l'an 2 de l'Hégire qui eut lieu le 1e du mois de Dhu al-Hijja. La fille du Prophète (s), Fatima (s) eut plusieurs demandes en mariage de la part des musulmans (Muhadjirun et Ansar) que le Prophète (s) refusa. Enfin, lorsque l'Imam Ali (a) lui demanda sa fille en mariage, le Prophète (s) l'accepta et le considéra comme un mariage céleste. La dot de Fatima (s) fut « Mahr as-Sunna » (en arabe : مهر السنة) (équivalent de 400 à 500 dirhams).

Prétendants

Le mariage de l'Imam Ali (a) et Fatima (s) est rapporté par plusieurs sources chiites et sunnites. Toutefois il y a de divergences dans certains détails de ces narrations.
D'après un rapport, certains des Compagnons comme : Abu Bakr, Umar et ‘Abd ar-Rahmân b. ‘Awf demandèrent Fatima (s) en mariage, mais le Prophète (s) leur dit que le mariage de sa fille ne se faisait que par l'ordre divin et qu'il attendait la révélation divine sur ce sujet.[1]
D'après un rapport ,Certains Muhadjirun dirent à l'Imam Ali (a) :

« Pourquoi ne demandes-tu pas Fatima (s) en mariage ? »

L'Imam (a) leur répondit :

« Par Allah, je n'ai rien (à dépenser pour le mariage) »

Ils lui dirent :

« Le Prophète (s) ne te demandera rien ».

L'Imam (a) alla auprès du Prophète (s) pour demander sa fille en mariage, mais il eut honte d'en parler. Enfin, il en parla avec le Prophète (s). Ce dernier lui dit :

« Est-ce que tu as de biens ? »

L'Imam (a) lui répondit :

« Ô Envoyé d'Allah, je n'ai que mon armure ».[2]

Après le mariage de Fatima (s) et Ali (a), en entendant la nouvelle de ce mariage, certains des Muhadjirun le reprochèrent au Prophète (s), tandis que ce dernier leur dit :

« Ce n'est pas moi qui ai donné Fatima à Ali, c'est Allah qui l'a fait ».[3]

Serment de mariage

D'après Ibn Shahr Âshûb, lors du mariage de Fatima (s), le Prophète (s) monta en chaire (minbar), fit un discours et récita les phrases ci-dessous :


الحمد لله المحمود بنعمته، المعبود بقدرته، المطاع فی سلطانه، المرغوب الیه فیما عنده، المرهوب من عذابه، النافذ امره فی سمائه وارضه، خلق الخلق بقدرته ومیّزهم باحکامه واعزّهم بدینه واکرمهم بنبیه محمّد. انّ الله جعل المصاهرة نسباً لاحقاً وامراً مفترضاً وَشَج بهاالارحام والزمها الانام. قال تعالی هو الذی خلق من الماءِ بشراً فجعله نسباً وصهرا
« Louange à Allah (étant) loué pour Sa bénédiction, adoré par Sa puissance, respecté par Sa souveraineté, (les créatures) se craignent de Son tourment et d’affliction, Celui dont le noble don est désiré et le commandement est exécuté dans Son ciel et sur Sa terre, Celui qui a créé la création par Sa puissance, les a distingués par Ses commandements, les a glorifiés par Sa religion, et les a honorés par Son Prophète Muhammad.
Allah, a fait de l'affinité (par le mariage) une parenté subséquente et une matière imposée par laquelle les (liens de) parentés entremêlent et les gens s’unissent. Allah le Tout-Puissant dit:
C'est Lui qui, de l'eau, a créé un mortel et a tiré de celui-ci une descendance des deux sexes.» [4]

Puis, il dit :

« Allah m'a ordonné d'épouser Fatima avec Ali. Alors, si Ali est d'accord, je le marie avec Fatima avec 400 mithqâl de l'argent ».

L'Imam Ali (a) annonça sa satisfaction et le Prophète (s) fit le serment du mariage.[5]

Date du mariage

Dot de Fatima (s)

Article connexe : Mahrîyya.

D'après les rapports, la dot de Fatima (s) fut entre 400 et 500 dirhams.[10]Dans un hadith, l'Imam Ridâ (a) détermina la dot d'après la sunna et dit que c'est 500 dirhams.[11] 500 dirhams sont égaux à 1 250 ou 1 500 g d'argent. Donc, la dot dans la sunna serait presque 170 ou 223 g d'or. Cette quantité peut différer à chaque époque.
L'Imam Ali (a) vendit un de ses propriétés (il est dit que ce fut son armure) et donna cet argent au Prophète (s). Le Prophète (s) donna un peu d'argent à Bilâl et lui demanda d'acheter du parfum pour Fatima (s).
Aussi, il donna le reste à Abu Bakr pour acheter des marchandises pour la maison de Fatima (s). 'Ammâr Yâsir et certains compagnons aidaient Abu Bakr.
Cheikh at-Tûsî rapporte la liste ci-dessous de ce qu'ils achetèrent pour la maison de Fatima (s) :

  • Une chemise de 7 dirhams
  • Un foulard de 4 dirhams
  • Un manteau de Khaybar
  • Un lit, fait avec des feuilles de palmier
  • Deux matelas, l'un rempli de feuilles de palmier et l'autre rempli de la laine
  • Quatre oreillers
  • Un rideau de la laine
  • Un moulin à bras
  • Un plateau de cuivre
  • Un récipient de l'eau en cuir
  • Un verre en bois
  • Un bol pour la traite
  • Un récipient de l'eau
  • Quelques urnes[12]

D'après un rapport, après son mariage et lorsqu'une femme pauvre lui demanda de l'aide, Fatima (s) lui offrit son nouveau vêtement qu'elle avait acheté pour son mariage.[13]

Banquet de mariage

D'après les sources, Le Prophète (s) appela Bilâl al-Habashî et lui dit :

« À l'occasion du mariage de ma fille, je veux montrer aux musulmans que le fait d'inviter les gens à manger pour le mariage, fait partie de ma sunna. Donc, va acheter un mouton et de l'orge, car je veux inviter les Ansar et les Muhadjirun ».

Bilâl prépara tout et les Ansar et les Muhadjirun vinrent auprès du Prophète (s) et mangèrent chez lui. Il resta un peu du repas. Le Prophète (s) l'envoya chez les femmes et leur demanda d'en donner à qui elles veulent.[14]

Invocation du Prophète (s)

Après avoir mangé le repas du mariage, le Prophète (s) rentra chez lui avec l'Imam Ali (a) et appela sa fille, Fatima (s). Lorsque Fatima (s) arriva chez son père, ce dernier lui demanda de se rapprocher de lui. Elle se rapprocha de son père. Le Prophète (s) prit sa main et celle d'Ali (a) et en mettant la main de Fatima (s) sur celle de son mari leur dit :

« Par Allah ! Je n'ai jamais manqué de respect envers toi, et je t'ai mariée avec le meilleur enfant de notre famille et je jure par Allah que je te marie avec quelqu'un qui est le Maître dans les deux mondes et qui fait partie des vertueux ».

Puis leur dit :

« Allez chez vous. Allah a béni ce mariage pour vous et a tout arrangé pour vous ».[15]

Le Prophète (s) dit à Asmâ’ bt. ‘Umays : « Apporte un récipient d'eau ». Il prit de l'eau, la jeta sur le corps de sa fille, Fatima (s) et dit :

« Ô Allah, Fatima est de moi et je suis de Fatima. Donc, de même que tu m'as débarrassé de toute souillure, débarrasse d'elle toute souillure ».

Puis, il demanda à Fatima d'en boire et d'en prendre pour laver son visage. Aussi, il demanda un autre récipient d'eau, fit pareillement avec l'Imam Ali (a) et dit :

« Qu'Allah rapproche vos cœurs l'un de l'autre, qu'Il vous rende gentils, qu'Il bénisse vos descendants et qu'Il arrange tout durant votre vie ».[16]

Voisinage du Prophète (s)

D'après les rapports, quelques jours après le mariage, le Prophète (s) décida d'héberger l'Imam Ali (a) et Fatima (s) chez lui. Hârithat b. Nu‘mân, l'un des compagnons du Prophète (s) lui dit :

« Mes maisons sont proches à la tienne. Moi-même et tout ce que je possède, t'appartenons. Par Allah, je préfère que tu prennes tous mes biens ».

Le Prophète (s) lui dit :

« Qu'Allah te récompense »

De ce fait, Ali (a) et Fatima (s) devinrent les voisins du Prophète (s).[17]

Voir aussi

Références

  1. Ibn Sa'd, At-Tabaqât al-Kubrâ, v 8 p 11, Beyrouth, Dâr al-Kutub al-'Ilmîyya,1410 H
  2. Tabrasî, Fadl b. Hasan,I'lâm al-Warâ, v 1 p 161, Qom, 1417 H
  3. Ya'qûbî, Târîkh Ya'qûbî, v 2 p 41, Beyrouth,
  4. Sourate al-Furqân, verset 54: وَهُوَ الَّذِي خَلَقَ مِنَ الْمَاءِ بَشَرًا فَجَعَلَهُ نَسَبًا وَصِهْرًا ۗ وَكَانَ رَبُّكَ قَدِيرًا
  5. Ibn Shahr Âshûb, Muhammad b. Ali, Manâqib Âl Abi Talib, v 3 p 350, Qom, Edition 'Allama
  6. Kulaynî, Ar-Rawda min al-Kâfî, v 8 p 180, Edition Ilmîyya Îslâmîyya, Téhéran, 1364 HS
  7. Tabarî Muhammad b. Jarîr, Târîkh Tabarî, v 2 p 410, Beyrouth
  8. Abu al-Faraj al-Isphahânî, Maqâtil at-Tâlibîyyîn, p 30, Beyrouth, 1419 H
  9. ‘Allâmat al-Majlisî, Bihâr al-Anwâr, v 43 p 92, Edition Dâr Ihyâ' at-Turâth al-Arabî, Beyrouth, 1404 H
  10. Ibn ShahrÂshûb, Manâqib, vol.3, p.350-351
  11. ‘Allâma al-Majlisî, Bihâr al-Anwâr, vol.93, p.170, hadith n° 10
  12. Cheikh at-Tûsî,Muhmmad b. Hassan, Al-Amâlî, v 1 p 39, Traduit par Sâdiq Hasanzâdih, Edition Andîshih-yi Hâdî, Qom, 1388 HS
  13. Shûshtarî, Nûr Allah b. Sharîf ad-Dîn,Ihqâq al-Haqq, v 10 p 401, Qom, Kitâbkhânihyi Ayatollah Mar'ashî Nadjafî, 1404 H
  14. Yûsifî Gharawî, Muhammad Hâdî, Mawsû‘at Târîkh al-Islam, traduit en persan par Husayn Ali Gharawî, vol.2, p.214, Qom, 1383 H
  15. Yûsifî Gharawî, Mawsû'at Târîkh al-Islam, v 2 p 214
  16. Yûsifî Gharawî, Mawsû‘at Târîkh al-Islam, vol.2, p.215
  17. Ibn Sa'd, At-Tabaqât al-Kubrâ, v 8 p 22 - 23